Sont tous vieux! prise #2

Albert Camus, dans L’ÉTÉ, a formulé, bien avant moi, et de façon plus élégante, il me semble, le constat du passage implacable  du temps :

Le soir dans les cafés violemment éclairés où je me réfugiais, je lisais mon âge sur des visages que je reconnaissais sans pouvoir les nommer. Je savais seulement que ceux-là avaient été jeunes avec moi, et qu’ils ne l’étaient plus.

Un frère que je ne connaissais pas.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.